- HIZB FRANÇA -
- LA FACE INDIGÈNE
DU COLONIALISME -

 Cette recherche nécessite une présentation en deux parties.
Dans la première, il s’agit d’un repérage chronologique sur les activités politiques internes et internationales de Hizb França. C’est la partie visible du colonialisme et sa face indigène. Des documents tirés de l’actualité politique et sociale permettent de suivre la chronologie des abandons de souveraineté au sommet de l’État tout en mesurant le degré de perméabilité coloniale dont l’aire culturelle s’étend aux partis et aux associations.

La seconde partie est une reconstitution de la trame politique et sociale de Hizb França, sa généalogie immergée, comme produit de l’histoire. Le rapport à la colonisation ne s’est pas évaporé avec le temps : le colonialisme a eu ses partisans inconditionnels qui l’ont servi par les moyens militaires, intellectuels, ceux qui ont été conquis, séduits et se sont sentis abandonnés. Sur la même terre, dans le même temps, la grande majorité de la population – paysanne – résistant d’abord à l’extermination physique, a été décimée, dépossédée y compris dans sa culture. À l’intérieur de cette totalité ethnique, socialement et culturellement conflictuelle, se construit le mouvement national avec ses affrontements, compromis et éclatements dont la violence marque le premier novembre 1954, la guerre de libération nationale et culmine en 1962, faisant de l’indépendance une crise dans la réalisation de l’éveil national et dont on ne peut s’expliquer l’échec qu’en remontant aux composantes sociales et politiques à qui on doit l’Algérie d’aujourd’hui. [...]

– HIZB FRANÇA – LA FACE INDIGÈNE DU COLONIALISMESeconde partie

UN PRODUIT DE L’HISTOIRE

Djibou Toufik            Ramenez Toufik [général major des services spéciaux]

Zidou Nezzar           Ajoutez Nezzar [général major, ancien ministre de la Défense]

Ya Awlad Bigeard           Enfants de Bigeard [colonel du 1er RPC - régiment de parachutistes coloniaux].

(un des slogans du Hirak criant la filiation des généraux régnants avec l’un des criminels de la guerre coloniale). Ces trois militaires sont unis par les exactions, enlèvements, tortures, exécutions, assassinats et massacres de populations perpétrés en Algérie. [...]

- LA TOGE DU SAVANT
POUR COUVRIR LES CRIMES
DES GÉNÉRAUX -

Dominique Rousseau est un juriste à la célébrité plus qu’établie sur un vaste périmètre, débordant des facultés de droit sur les studios des grands médias sans compter la « Une » des quotidiens en vogue. Il doit sa formation à l’une des facultés de droit – Poitiers – dont la réputation s’est construite sur des noms qui ne tranchaient pas uniquement par des avancées théoriques et doctrinales. Chez eux, à l’instar de beaucoup de leurs collègues d’autres universités de l’hexagone et d’ailleurs, on laisserait entendre que le juriste élevé à la dignité/distinction de savant ne se construit pas sans éthique. [...]

- FAUT-IL COMMENTER LA NOUVELLE FORMULE CONSTITUTIONNELLE ? -

Tebboune emzaouar                            Tebboune est un fantoche

Djabouh el ‘askar                                    Il est désigné par les militaires

Makanach echar’iya                               Il n’y a pas de légitimité

 Echaâb etharar                                       Le peuple s’est libéré                                           

Houa elli ikarrar                                      La décision lui appartient

  Dawla madaniya                                     État civil

    (Projet de Constitution proposé par le Hirak)

L’invitation à commenter le train de dispositions constitutionnelles lancée par les maîtres du pouvoir retient l’attention pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, l’opération fait partie des procédés de corruption de la Constitution, destinée, comme toujours, à masquer des entreprises de consolidation de pouvoir. [...]

-LA CONSTITUTION DU PEUPLE-

Après quatre mois de manifestations, il est possible de tirer quelques enseignements d’un mouvement qui s’apparenterait plus à l’éveil d’une nation qu’à un mouvement révolutionnaire.

Il est vrai également que l’on ne peut pas, même si la question se pose, esquisser des réponses à cette mobilisation soudaine et massive de millions d’Algériens confinés jusque là dans l’intériorisation de l’arbitraire quotidien.

Notable par sa dimension pacifique, son élan solidaire, la jeunesse de son encadrement, le hirak (mouvement populaire) affiche sa diversité sociale et proclame [...]

- LA QUESTION OUBLIÉE -

Dans son édition en ligne du 5 mars 2019, El Watan publie une « contribution » de l’avocat Nasreddine Lezzar qui dit « renouveler les interrogations identiques à celles qu’il avait déjà formulées lors de l’élection présidentielle de 2014″.

La question de savoir si la présence en personne du candidat est requise trouve naturellement son prolongement dans la validité juridique de la candidature par [...]

UNE STRUCTURE DE FORMATION
DANS LES ANNÉES 1974-1976 :
LA FACULTÉ DE DROIT (INSTITUT DE DROIT)
DE L’UNIVERSITÉ D’ORAN

En 1974, ce qui était communément appelé «Faculté de Droit» de l’université d’Oran ne recouvrait, en fait, que l’un des deux départements distincts dans un ensemble officiellement dénommé «Faculté de Droit et des Sciences Économiques». Sciences juridiques et sciences économiques se partageaient les mêmes locaux. Chaque département, composé de sections, était organisé autour d’un directeur/doyen et de «responsables de sections». Les sciences juridiques étaient ainsi divisées en deux sections correspondant à la classique [...]

FIN ET FINALITÉ
DE L’ÉTAT DE DROIT

                                    À la mémoire de Mohamed Lakhdar Benhassine

Avec La fin de l’État de droit – La lutte antiterroriste de l’état d’exception à la dictature (Éditions La Dispute, Paris, 2004, 215 pages), nous devons à Jean-Claude Paye un livre dont la pertinence et l’audace n’ont d’égale que sa méconnaissance. Si celle-ci ne cesse d’étonner, compte tenu de la date de sa publication, on peut légitimement considérer que l’ouvrage présente toutes les caractéristiques susceptibles de le tenir sous embargo. En effet, [...]

LE DROIT
À L’AUNE DE L’OCCIDENT : ESSAI DE PÉRIODISATION D’UNE DOMINATION

Depuis une trentaine d’années, le droit international est au centre de l’œuvre de toilettage des États dirigés par des despotes, renvoyant à des régimes tyranniques catalogués tantôt comme États voyous, tantôt labellisés comme modèle de stabilité et de dynamisme.  Il suffit, à titre d’exemple, de se remémorer l’expérience des ex présidents [...]